AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
privilégiez les postes vacants ainsi que les scénarios !
ce sont des personnages clés et majeurs dans l'avancement de l'intrigue du forum !
n'oubliez pas d'aller voter toutes les deux heures pour le forum
et également de remonter notre sujet prd par ici !
la première page du daily bugle a été publiée ! vous pouvez la retrouver par ici !

Partagez | 
 

 I have no tolerance for nonsense | Chris.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité








MessageSujet: I have no tolerance for nonsense | Chris.   Sam 12 Déc - 14:10





Christopher Gabriel Penrose




   


Lieu de naissance ; Bray, Irlande. Nationalité ; Irlandaise. Nom ; Penrose. Prénom/s ; Christopher, Gabriel. Surnom/s ; Chris. Âge actuel ; Trente-quatre ans. Statut civil ; Célibataire. Statut social ; Ancien militaire, , aucun nouvel emploi référencé. À la tête de la base HYDRA au Kosovo. Orientation sexuelle ; Hétérosexuel. Identité secrète ; Le Baron. Groupe ; Villains. Race ; Humain génétiquement modifié. Célébrité ; Jensen Ackles. Crédit ; @Swan.

       description psychologique ; Loyal - Franc - Vif - Réfléchi - Attentif - Cynique - Rancunier - Arrogant - Cruel - Exigeant.
     


everyone has a power




         Sectumsempra.
De ses mains surgissent des salves d'énergies violentes et acérées, comme d'infimes petites lames qui découpent tout sur leur passage. Si il se contrôle moindrement, il n’abîmera que très peu. S'il se déchaîne, il vous arrachera la moindre parcelle de peau, de chair et d'organe.



the story of a hero




        The Holy Redeemer Church, Ireland.
C'était dans un soupir de lassitude qu'il se levait, jetant sur son lit le morceau de papier qu'il avait longuement étudié. Il en avait assez. Assez d'être enfermé. Assez des idéaux qu'on essayait de lui inculquer depuis seize années. Quand comprendraient-elles qu'il n'était nullement intéressé parce-qu'elles s'efforçaient de lui raconter ? Qu'à ses yeux, Dieu et la loi ne valaient rien si ce n'était peine et illusion. Il les maudissait, ces satanées bonnes-sœurs, avec leur foi inébranlable et leurs sermons incalculables. Il n'avait jamais souhaité que tout cela n'arrive, mais qui choisissait ? Ce n'était pas réellement sa faute si ses parents l'avaient abandonné, eux, qu'il n'avait jamais rencontrés. Il n'aspirait désormais qu'à la liberté, le puissant désir de briser les chaînes de la captivité ne faisant qu’accroître au fil des mois qu'il passait isolé. À l'orphelinat elles avaient préféré le garder, lui, ce divin enfant qu'on avait déposé à leurs pieds. L'avaient-elles réellement pris pour un messie ? Il n'en savait rien, et ne souhaitait pas en apprendre plus sur la question. Ses pensées s'égaraient immanquablement sur le fait de les quitter cependant, Christopher, ou Gabriel comme elles se plaisaient à l'appeler, manquait de force, de volonté. Peut-être n'était-il pas l'adolescent fort qu'il avait escompté être. Que ses capacités se limitaient à cracher du venin sur celles qui l'avaient éduqué. Oh, quelle honte devrait-il ressentir de ne pas aimer des personnes plus fermées d'esprits qu'il ne l'était. Enfin.. il n'était pas mauvais, il cherchait simplement le peu de bonté qu'il lui restait après ce qu'il avait enduré. L'abandon, le rejet, l'éducation catholique qu'il ne savait accepter.

S'humectant lentement les lèvres, il avait tout simplement décidé que ça lui suffisait. Il ne subirait plus jamais les prières, les textes éloquents et les références bibliques. Il n'entendrait plus jamais les brimades quotidiennes, les insultes célestes ainsi que les réponses indélicates aux sujets épineux. Peut-être n'était-ce là qu'une particularité de son Irlande natale, mais cela n'excusait en rien cette attitude qu'il méprisait. Seuls les faibles méritaient qu'on leur dicte leur manière de penser, de marcher.
Un sac et quelques heures plus tard, Christopher avait soigneusement emballé les quelques affaires qu'il avait. Vivre dans une église ne favorisait pas l'étendue des biens, aussi futiles et éphémères qu'ils étaient, on lui avait toujours prescrit leur accès. Il pouvait certainement réciter une thèse sur le bonheur tel que le lui avait décrit étant petit, néanmoins, sa seule envie se résumer à fuir l'endroit où il avait été accueilli. Et ce fut sans un mot ni même un regard derrière lui qu'il quitta silencieusement la seule famille qu'il avait eue.


Dix-huit années. Il trouvait que ça lui seyait assez, avec ses traits tirés, ses pommettes saillantes et cet air si dur qu'il entretenait. Il avait cru plus dur de falsifier des papiers et pourtant, cela s'était révélé aisé, surtout pour un gamin sans réelle expérience comme lui. À peine seize balais et pourtant si inexpérimenté, la seule solution valable qu'il avait trouvée s'était dévoilée être l'armée. Il n'avait rien à perdre ou à regretter alors, il avait sauté à pieds joints lorsqu'il en avait entendu parler. Comme l'église, ça lui apporterait de quoi dormir et manger, c'était là tout ce dont il nécessitait. Il avait donc fait l'impératif pour y entrer, bien qu'il n'eût pas à dissimuler réellement la vérité. Sa santé était bonne, il n'était ni trop chétif, ni trop musclé et semblait avoir le mental adapté. Sans plus tarder, il s'était retrouvé membre du bataillon.

L'entraînement ne l'avait pas dérangé, au même titre que les corvées qu'on le sommait d'effectuer ou des tons secs que ses supérieurs employaient. Il y avait été en quelque sorte habitué, les sœurs avaient cette amusante ressemblance avec les corps militaires, malgré que l'existence qu'il avait menée n'était en rien comparable avec ce qu'il vivait désormais. Il y trouvait une certaine tranquillité, un sentiment d'apaisement qu'il n'avait jamais réussi à garder lorsqu'il nettoyait encore les bancs. Les semaines s'étaient déroulées avec une facilité qu'il n'aurait pensé trouver dans un lieu pareil et pourtant, il réalisa que tout ce qu'il avait cherché jusque là lui avait été donné. Une famille qu'il appréciait, un manque dont il ne souffrait plus, de sombres songes dont il n'avait plus vent. Il s'y plaisait et c'était tout ce qui lui importait, malgré le fait que parfois sa franchise n'était pas tolérée et qu'il en était de même pour son caractère bien trempé. Il était un soldat, alors soit, il l'acceptait.


        Gjakova, Kosovo.
Il n'y avait pas pareille rage qui pouvait exister. Elle faisait partie de celles qui vous consumaient, pièce par pièce, morceau par morceau, jusqu'à vous rendre dénué de tout sentiment. Néanmoins, pour le moment, elle aveuglait le sergent qui ne faisait que resserrer sa prise sur le cou de l'ennemi. Le faire parler, il n'y avait que cela qui lui était demandé et ce salopard refusait de prononcer ne serait-ce qu'une parole. Il était un lâche, au point de l'en écœurer. Jamais Christopher n'en était arrivé à de méthodes si extrêmes, et pourtant à ce stade de la journée, il tendait à l'utilisation d'outils qu'il n'aurait jamais cru toucher. Déglutissant lentement, il regardait l'homme qu'il avait capturé tandis que le couteau qu'il tenait vagabondait dans la chair du torturé. Obtenir des informations était primordial et dans le fond, il savait que s'il avait été placé là-dessus c'était parce-qu'il ne connaissait pas le mot renoncer.
Un cri de hargne s'échappa de ses lèvres avant qu'il n'aille poser délicatement la lame ensanglantée, ne prenant pas la peine de l'essuyer. Des heures qu'il passait à suer et à s'énerver pour n'avoir qu'en retour des gémissements de douleur et des implorations. Qui était ce type ? Un foutu bon à rien. Ce fut la mâchoire crispée qu'il tourna la tête vers son coéquipier, lui faisant alors un signe de la tête pour le congédier. Il n'arrivait toujours pas à croire qu'en à peine quelques années, il avait été gradé. Une belle réussite qui ne le menait qu'à des supplices infligés à un débile de subordonné. Il ignorait quasiment tout sur cette mission, mais il était certain de vouloir l'achever.

Cependant, il avait cette conviction avant que ces types ne fassent leur entrée. Il n'avait aucune idée de qui ils pouvaient êtres, avec leurs costumes colorés et leurs armes perfectionnées. Aucun mouvement ne lui fut accordé puisque aussitôt la porte explosée, il fut paralysé. Une grimace de douleur tordit ses traits, il lui était impossible d'abandonner. Plus d'opposants signifiait plus de renseignements, pourtant, son corps ne lui répondait plus et c'était avec difficulté qu'il se gardait éveillé. Se battre, encore, toujours, jusqu'au dernier souffle. Cette volonté d'esprit n'échappa pas au commanditaire de cette opération et, d'un mouvement de la main vers son corps cloué, quelques agents vinrent le repêcher.
Bon pour les expériences furent les derniers mots qu'il entendit.

   
Son sang lui semblait bouillonner, sa peau lui paraissait malmenée et pourtant, il n'y avait qu'à ses poignets que la chair manquait. Longues avaient été les heures durant lesquelles il s'était débattu pour finalement, entendre raison. HYDRA, qu'ils se nommaient, et avec quelques paroles, ils avaient su l'amadouer. Tout cela ne servait qu'à le rendre plus fort, plus puissant qu'il ne l'avait jamais été. Ce n'était pas des flatteries qu'il quémandait, néanmoins, les modifications apportées à son corps feraient de lui un être sensiblement adapté à la société et avec eux, plus jamais il ne connaître l'expulsion qu'il avait endurée. Il avait autrefois dit plus jamais, et c'était devenu réalité. Avec ses anciennes capacités, il lui avait été dit que dans leurs rangs, il allait pouvoir exceller et qu'ensemble, le monde serait façonné tel qu'il aurait dû l'être depuis des centaines d'années.

Un don naturel lui avait été donné, et c'était celui d'avancer plus vite que les pairs qui l'entouraient. Les échelons n'avaient pas été une difficulté lors de son parcours au sein de l'organisation et ce fut rapidement qu'il devint la nouvelle tête de cette base. La puissance, le contrôle, il avait tout ce qu'il souhaitait et ça avait été tout naturellement que lorsqu'il l'avait demandée, on le lui avait accordé. Il supervisait d'ordinaire, mais il souhaitait lui enseigner.. Sans savoir dire pourquoi elle avait su le toucher. Elle était l’innocence née, mêlée  l'horreur incarnée et ça lui plaisait. Loralei, ce prénom avait mainte fois roulé sous sa langue avant qu'elle ne lui soit arrachée.
Il avait appris à batailler, et ce fut toutes griffes dehors qu'il exigea son transfert à New-York pour suivre celle qu'il considérait comme une véritable élève.



pseudo ; Yasha. prénom ; Duh. âge ; Duh. pays ; France. qu'est-ce qui t'a poussé à t'inscrire ? ; Bucky est plutôt persuasif quand il le veut. tes impressions sur le forum ; Duh. selon toi : quelque chose à améliorer ? ; Nope. un dernier mot ? ;  

Revenir en haut Aller en bas


damn as black cat ϟ

avatar




⊹ DOUBLON/S : elena jaime williams.
⊹ CÉLÉBRITÉ : cameron monaghan.
⊹ CRÉDIT/S : american heist (avatar) + tumblr (gifs) + frosted flakes. (signa)
⊹ PUFF : dope.
⊹ DOLLARS : 52
⊹ INSCRIPTION : 23/10/2015

⊹ ÂGE DU PERSONNAGE : dix-neuf ans.
⊹ NOM DE CODE : carnage.
⊹ RACE : humain symbioté.
⊹ JOB : tueur en série.
⊹ HUMEUR : ennuyé.

wanna play ?



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I have no tolerance for nonsense | Chris.   Sam 12 Déc - 23:12

t'es hot.

bref, tu connais la maison mon coco. ♥
Revenir en haut Aller en bas


damn as black cat ϟ

avatar




⊹ DOUBLON/S : elena jaime williams.
⊹ CÉLÉBRITÉ : cameron monaghan.
⊹ CRÉDIT/S : american heist (avatar) + tumblr (gifs) + frosted flakes. (signa)
⊹ PUFF : dope.
⊹ DOLLARS : 52
⊹ INSCRIPTION : 23/10/2015

⊹ ÂGE DU PERSONNAGE : dix-neuf ans.
⊹ NOM DE CODE : carnage.
⊹ RACE : humain symbioté.
⊹ JOB : tueur en série.
⊹ HUMEUR : ennuyé.

wanna play ?



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I have no tolerance for nonsense | Chris.   Mar 29 Déc - 14:58

salute, toi. voilà déjà depuis bien plus d'une semaine que tu as posté ta fiche. et on dirait que tu l'as terminée. ou peut-être que je me trompe ? dis-moi ce qu'il en est.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé









MessageSujet: Re: I have no tolerance for nonsense | Chris.   

Revenir en haut Aller en bas
 

I have no tolerance for nonsense | Chris.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Chris eden (ex G-squad)
» Bon anniversaire, Chris
» Chris Walmer et Gil Corthis
» [Pascoe, Chris] Le journal de monsieur Chatastrophe
» JoYeUx AnNiVeRsAiRe Chris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Comics Universe :: Les Dossiers du SHIELD :: Dossiers classés :: Dossiers refusés-